Passer au contenu Passer à la navigation

Mot de la rédaction

Écho boréal | Hiver 2019

Pat Hills

Bienvenue à la première édition de notre Écho boréal pour l’année 2019 ! Il est temps d’oublier la dinde et les desserts festifs pour tourner notre attention vers le positionnement 3D. Maintenant que nos CD de chansons de Noël et nos chandails aux lumières clignotantes sont soigneusement rangés, commençons sans plus tarder.

Lorsque je pense à la montée fulgurante de la technologie au sein de notre industrie, il me vient en tête que le terme « technologie » a en quelque sorte perdu son élégance. Le mot « technologie » regroupe aujourd’hui de nombreux éléments et, de manière générale, représente tout ce que nos parents ne comprennent pas. Tandis que notre mère et notre père se tiennent peut-être à côté de l’autoroute de l’information avec leur pouce pointé vers le haut, ceci ne s’avère tout simplement pas d’une option nous.

Nos esprits se tournent vers la technologie à chaque fois qu’une nouvelle question surgit au sujet du positionnement ou de la modélisation. La différence comparativement à il y a vingt ans est que nous avons aujourd’hui l’audace de croire qu’avec la technologie, tout est possible. Nous pouvons mesurer, localiser, quantifier, positionner et analyser tout ce que nous voulons de manière plus efficace et sécuritaire grâce à l’intégration d’équipements et de logiciels ainsi qu’à l’interopérabilité de capteurs. Nous sommes en mesure de combiner des scanners LiDAR avec des stations totales robotisées, des drones avec des récepteurs GPS, des caméras pour le proche infrarouge, des unités de mesure inertielle et des supports – la liste est longue. Nous pouvons maintenant recueillir des données à distance et les partager en temps réel avec tous les intervenants impliqués dans nos projets. Les changements et les révisions de conception s’avèrent inévitables, mais par l’entremise de la modélisation des données du bâtiment (BIM), ces modifications n’exigent plus nécessairement des investissements considérables en termes de temps et d’argent.

Je ne connais pas d’expression alternative pour le mot « technologie », mais dans le contexte géospatial, celui-ci représente une discipline multidimensionnelle (au sens littéral et figuré), combinée à un aspect humain qui n’existait pas auparavant. En effet, des développeurs et ingénieurs mettent en place des processus délibérés pour créer des solutions de mesure sans friction, efficaces et élégantes. Ces solutions favorisent la cognition humaine (notre manière de penser) à l’opposé de solutions enchaînant des séries d’uns et de zéros sans aucune considération pour l’expérience de l’utilisateur.

Continuons à explorer cette expérience utilisateur en constante évolution dans les pages suivantes de notre Écho boréal. Comme toujours, nous sommes prêts à vous montrer comment transformer ces uns et zéros en solutions logiques et rentables. Merci de vous joindre à nous et souvenez-vous de mesurer de manière responsable !

Salutations distinguées,

Pat Hills, Directeur du marketing technique