Passer au contenu Passer à la navigation

Trimble Business Center - Le nouveau point central pour l’intégration de données

Écho boréal | Hiver 2019

Prise en charge de Trimble Business Center

Capteurs de données géospatiales pris en charge dans TBC

Rédigé par Sherif Ibrahim El-Halawany

La combinaison de données provenant de différents capteurs, sources et formats représente toujours un défi, particulièrement en raison du large éventail d’équipement d’arpentage et de solutions logicielles disponibles sur le marché. Trimble Business Center (TBC) constitue une solution idéale en tant que point central pour l’intégration de sources d’information multiples incluant des récepteurs GNSS, des stations totales, des niveaux, des scanners laser, ainsi que la photogrammétrie terrestre et aérienne.

TBC surmonte les obstacles liés à la gestion de différents formats de données lors du partage d’information entre plusieurs logiciels. L’application TBC aide les arpenteurs à produire des données GNSS de haute précision, à créer des livrables CAO, ainsi qu’à mettre à profit la traçabilité complète de l’information à travers le cycle de vie d’un projet

Modules TBC

Modules TBC

Cet article décrit comment TBC agit en tant que point central pour l’intégration de données. Ce rôle inclut à la fois le partage des données de scan provenant des instruments Trimble SX10 et TX8 entre les logiciels Trimble RealWorks (TRW) et TBC. Nous aborderons également l’échange d’information de drone entre les logiciels TBC et Trimble UASMaster.

Échange de données TBC/TRW et TBC/UASMaster

Échange de données TBC/TRW et TBC/UASMaster

En tant qu’utilisateur du logiciel TBC, vous pouvez maintenant aisément transférer un projet entier de TRW vers UASMaster et vice versa, sans perte de données et sans consacrer un temps précieux à l’importation et l’exportation de différents formats. Le module de balayage laser de TBC combine l’analyse, le nettoyage, l’édition et le traitement de nuages de points à l’intérieur du même projet qui comprend vos données de contrôle et autres. L’avantage est que les données de drone peuvent être enregistrées sur celles des scans terrestres avec une précision submétrique.

Module de balayage laser TBC

Module de balayage laser TBC

L’église anglicane Christ Church a été bâtie en 1896 sur une terre donnée par le Révérend R. Murray Webb-Peploe, située dans la communauté de Sheep Creek (maintenant connue sous le nom Millarville), en Alberta. Sa cérémonie d’ouverture a été célébrée le 6 mai de la même année.

Église Christ Church de Millarville 1

Site du projet : L’église Christ Church, Millarville (dimensions : 23 x 16 x 10 m

L’église a été construite par Charles Schack, un entrepreneur local. Sa construction s’avère unique pour une église nord-américaine puisque les billots d’épinette utilisés ont été posés verticalement comme ceux d’une palissade, et non horizontalement comme c’est le cas pour une cabane en rondins. Le Révérend Webb-Peploe avait insisté sur cette configuration puisqu’il avait construit sa propre maison de façon similaire. Les paroissiens craignaient que la construction ne s’avère pas assez solide pour résister aux vents violents et M. Schack avait même accepté de retarder la réception de son paiement jusqu’à ce que trois mois se soient écoulés sans incident après la fin des travaux.

À l’origine, les billots étaient recouverts d’écorce, mais une infestation d’insectes xylophages en 1926 a forcé le retrait de celle-ci à l’intérieur de l’église, révélant du même coup les tracés délicats du bois. La chaire et la table de communion étaient également construits à partir de billots d’épinette, tandis que plusieurs des tissus d’ameublement provenaient de diverses familles de paroissiens originaires de l’Angleterre. Le vitrail situé sur la paroi orientale de l’église commémorait William De Vere Hunt, un soldat de l’unité « Lord Strathcona’s Horse » ayant perdu la vie en 1900, pendant la guerre des Boers.

En 1920, une portion de la cour de l’église a été consacrée en cimetière et un monument commémorant la perte des résidents de Millarville pendant la Première Guerre mondiale a également été dévoilé. La cloche de l’église, laquelle a sonné ses premiers coups en 1930, a été offerte par la Compagnie de la Baie d’Hudson après que celle-ci ait été retrouvée sur le site du magasin de Calgary pendant sa construction. Le presbytère qui avait été construit en 1908 a été converti en une salle paroissiale en 1938. Après être demeurée vacante pendant plusieurs années, un nouveau bâtiment a remplacé cette salle en 1959 et est encore utilisée aujourd’hui par les résidents de Millarville et des communautés avoisinantes.

Église Christ Church de Millarville 2

Site du projet : L’église Christ Church, Millarville (dimensions : 23 x 16 x 10 m

Un jardin d’arbres et d’arbustes indigènes, créé en 1983, est aujourd’hui entretenu par la Société d’horticulture de Millarville. L’élément central de ce jardin, une sculpture d’acier nommée « La Crucifixion », a été réalisée par l’artiste Ross Weaver. L’église et le terrain sur lequel cette statue est érigée ont été mis en vedette dans plusieurs productions de télévision et de cinéma, particulièrement la série télévisée « Heartland ».

Les jeux de données suivants ont été recueillis par l’entremise de capteurs multiples.

UX11, R10, SX10

• Points de contrôle mesurés avec le récepteur Trimble R10 (pour la résection du drone Delair UX11 et de la station totale et scanner Trimble SX10)

• Extérieur entièrement numérisé avec la station totale robotisée et scanner Trimble SX10

Faro-S-Trimble-TX8

• Extérieur entièrement numérisé avec le scanner laser Trimble TX8

• Extérieur et intérieur entièrement numérisés avec le scanner laser FARO S350

Faro Freestyle GeoSlam ZEB

• Parties intérieures numérisées avec le scanner laser portable FARO Freestyle

• Intérieur, extérieur, jardin et statue numérisés avec le scanner laser portable GeoSLAM ZEB-REVO RT

Collecte de données sur le terrain

Collecte de données sur le terrain

Flux de travail pour l’intégration des données

Flux de travail pour l’intégration des données

Les données captées par le drone UX11 ont été traitées dans UASMaster pour créer à la fois un nuage de points et une ortho-image, avant de les exporter vers Trimble Business Center. Les données des scanners TX8 et SX10 ont respectivement été traitées dans TRW et TBC. Afin d’assurer une intégration adéquate de tous les jeux de données, un enregistrement fondé sur le nuage de points a été exécuté dans TBC avec une précision moyenne de 3 cm.

Résultat de l’intégration de nuages de points – Visualiseur 3D dans TBC

Résultat de l’intégration de nuages de points – Visualiseur 3D dans TBC

L’image ci-dessous illustre le bénéfice de l’intégration des données, particulièrement pour les zones caractérisées par un manque d’information. Vous pouvez en effet observer comment les données de scan terrestres ont été utilisées pour remplacer les données de nuage de points non captées par le drone (sous le feuillage des arbres).

Livrables – Empreinte du bâtiment et dessins du toit

Livrables – Empreinte du bâtiment et dessins du toit

Le fait de disposer d’un modèle de surface complet représente un autre bénéfice de l’intégration des données. Il a d’abord été nécessaire d’échantillonner le nuage de points recueilli à partir des capteurs afin d’obtenir une version homogène de celui-ci pour ensuite le soumettre à l’outil de création de surfaces.

Livrables – Modèle 3D du bâtiment

Livrables – Modèle 3D du bâtiment

La classification du nuage de point intégré devient alors une tâche facile pour TBC puisque nous profitons d’une représentation complète de la totalité de la scène. Le module de TBC lié aux nuages de points constitue un outil très puissant, permettant à l’utilisateur de répertorier les données selon différentes classes, tels que le sol, le bâtiment et la végétation. L’utilisateur peut ainsi travailler directement sur chaque classe de manière distincte, sans devoir consacrer du temps supplémentaire à la segmentation manuelle afin de séparer ces classes.

Livrables – Classes de nuages de points

Livrables – Classes de nuages de points

Trimble offre une solution complète ainsi que des flux de travail fluides pour l’intégration de données provenant de capteurs multiples. TBC constitue une application efficace en termes d’économie d’argent et de temps puisque les arpenteurs n’ont pas besoin d’alterner entre différents logiciels pour exécuter le traitement des données de leurs nuages de points. TBC s’avère l’unique outil nécessaire.

Il convient également de mentionner que la dernière version de TBC (version 5) récemment relâchée prend en charge toutes les données utilisées dans ce projet, incluant celles recueillies avec les instruments Delair UX11, Trimble TX8, Trimble SX10 et le scanner laser FARO.

Nous tenons à remercier tout particulièrement les membres de l’équipe des services professionnels de Cansel qui ont contribué à ce projet, à la fois pour la collecte de données sur le terrain et la gestion du projet.


À propos de l’auteur

Sherif Ibrahim El-Halawany

Sherif Ibrahim occupe chez Cansel le poste de chef des technologies de balayage laser et de photogrammétrie pour l’Ouest du Canada. Il détient un baccalauréat et une maîtrise en génie de l’arpentage de l’Université Benha au Caire (Égypte), ainsi qu’un doctorat de l’Université de Calgary (Canada). Après avoir obtenu son baccalauréat en 1998, il a poursuivi ses études à la Faculté de génie de Shoubra au Caire.

Sa maîtrise reposait sur l’extraction automatique d’éléments de corridors routiers à partir des données obtenues par l’entremise de scanners laser mobiles. Il a publié de nombreux articles de synthèse et documents de conférences sur l’extraction automatique de bordures de routes et de poteaux. L’un de ses travaux a mérité le prix du meilleur article dans le cadre du Symposium international de la cartographie et télédétection à partir de plateformes et capteurs multiples, lequel s’est déroulé en janvier 2011 dans la ville de Xiamen, en Chine.

Après avoir complété son doctorat en 2013, Sherif s’est joint à l’équipe technique de Cansel à Vancouver, en Colombie-Britannique. Il est un membre de l’ASPRS (la Société américaine de photogrammétrie et de télédétection) depuis 2009, ainsi qu’un formateur certifié Trimble depuis 2014.